Pictogrammes : Comment communiquer avec les images ?

Bonjour,

Je vais parler du trouble du langage de mon fils dans ce billet. Trouble qui se retrouve dans plusieurs handicaps et pas uniquement l’autisme. (Dysphasie, suite à un AVC etc…) mais mon fils est autiste donc faisons avec… Je ne suis formée à rien au niveau handicap et je découvre au fur et à mesure.

Cet été j’ai fait l’achat auprès de hoptoys des livres + CD pour 40 € chacun et un livre scratch de communication à 90 €.

LES PICTOGRAMMES I
1er livre

 

 

LES PICTOGRAMMES II - AUTONOMIE
2ème livre
grand-cahier-de-communication-portable
Classeur scratch de communication XL

A quoi peut bien me servir et pourquoi j’ai choisi ces deux livres ?

Mon fils est verbal et il a très bien développé cette compétence puisqu’il arrive à dire des mots comme « crocodile » ou « chocolat » ou « tablette » mais il a encore du mal à prononcer des phrases complètes par exemple.

Pour communiquer il ne fait pas automatiquement SUJET + VERBE + COMPLEMENT, il dit le mot ou montre du doigt ou vous extirpe par le bras donc on essaye de lui faire dire déjà deux mots comme « Donne + nom de l’objet » ou « je veux du « nom de l’objet », s’il te plait (nom de la personne) »

Afin de l’aider à communiquer, on utilise des banques d’images. Dans le monde de l’handicap, on appelle cela la méthode « PECS » (Pixture Exchange Communication System).

Sans avoir suivi de formation dans ce domaine car je n’ai ni le temps, ni les moyens de le faire (Peut être suivre une formation Teacch à l’avenir). Après quelques recherches sur le net et les spécialistes de l’HDJ/IMP de mon fils m’ont aussi expliqué brièvement. Ce n’est pas sorcier au final. Attention car il y a différents stades (ma façon personnelle de classifier et de percevoir les choses disons, rien de scientifique) et il faut y aller progressivement dont l’objectif se passer de cette méthode (et même des méthodes).

  • 1er stade : Il ne comprend pas l’abstrait, il faut des photos
  • 2ème stade : il commence à comprendre l’abstrait, ce livre est fait pour vous
  • 3ème stade : il comprend l’abstrait, vous pouvez passer au makaton (s’il n’est toujours pas verbal)
  • 4ème stade : il est verbal et arrive à très bien se faire comprendre, vous pouvez vous passer des images (youpi c’est l’objectif)

Si un enfant ne comprend pas les images abstraites, cela ne sert à rien d’utiliser ces livres dans l’immédiat. Je sais que sur internet on trouve des scènes décrites pour l’enfant pour aller aux toilettes par exemple dans le cadre de l’acquisition de la propreté. Il vaut mieux prendre son smartphone ou un appareil photo, prendre des photos en direct du lieu et de la scène avec l’enfant pour qu’il comprenne. Ensuite viendra l’abstrait.

Attention car dans l’autisme par exemple, si vous prenez un stylo bleu et que l’enfant est tintillon, si vous lui donner un stylo rouge car un stylo est un stylo pour vous, pour lui, un stylo bleu est un stylo bleu donc il risque de ne pas comprendre et vous gagnez des hurlements, un énervement allant possible jusqu’à la morsure et griffure = une crise. Donc faites des photos de tous et imprimer. Cela peut paraître fastidieux mais pas le choix et puis bonjour le prix des cartouches…

Moi j’ai fait ceci pour les lieux où l’on allait (les loisirs, etc…) et je retire petit à petit en remplaçant.

Par contre dans l’abstrait vous avez aussi la mallette (150 € il me semble avec tous les pictos mais qui est encore plus abstraite). La prochaine étape.

ideo-edition-time-timer
Vers les 7-9 ans de l’enfant et selon son degré de maturité. En plus c’est magnétique.

 

 

Aujourd’hui le cahier de communication n’est pas utilisé au quotidien mais j’ai pris les images par exemple pour faire un planning hebdomadaire de routine ou décrire une situation plus précise comme se brosser les dents précisément en oubliant aucune étape.

L’autre avantage des pictogrammes c’est l’introduction à la lecture. Si on met des mots en dessous des images, ils peuvent aider dans le démarrage de la lecture. C’est peut être en méthode globale mais certains enfants réussissent dans cette méthode. L’avenir me le dira car mon fils apprend déjà la reconnaissance des mots de cette manière… (quelques uns seulement et encore car il y voit une simplification, je ne peux pas m’avancer vraiment sur l’apprentissage de la lecture, j’ai plus l’impression qu’à ce jour il n’a pas vu l’intérêt de lire, ni d’écrire, compter, disons pas dans les fondamentaux (sauf les bonbons ou les biscuits ou essayer de me chiper mon petit pain au chocolat au petit déjeuner (c’est bizarre comment il a compris l’ajout) mais c’est tout)

Les livres comprennent :

  • des explications à l’autisme au départ
  • un CD qui comprend toutes les images en jpeg et sous Word,
  • des préformats selon des situations types,
  • Une trame vierge vous permettant de faire librement vos compositions.

C’est canadien au départ. Une maman graphiste qui elle aussi à découvert l’autisme de son fils et pour l’aider, elle a eu l’idée de mettre ses talents de créativité et de dessinatrice en faisant des pictos.

Le cahier de communication :

  • Plusieurs formats existent (j’ai pris XL le plus grand)
  • 8 pages rectos verso scratch (Bémol on ne peut pas en rajouter)
  • Comprend une petite poche pour mettre les pictos en sup
  • On peut le prendre en bandoulière.

Ils sont complémentaires car dans l’un vous allez avoir des pictos de situations générales, le 1er qui est avant les apprentissages fondamentaux et le second vers l’entrée en élémentaire car l’enfant a grandi et donc peuvent aider. Donc on retrouve des scènes chez le dentiste, l’orthophoniste, on peut faire plein de composition… Le cahier de communication n’est pas obligatoire car vous pouvez le fabriquer vous même mais j’avais tenter et pas top je trouve avec un gros classeur et des intercalaires en carton souple. Les intercalaires se déchiraient à force du temps.

Mais j’ai une maman qui vient pour son fils chez l’orthophoniste qui a fait autrement (j’ai observé) :

Matériels pour la construction :

  • Un petit classeur en plastique
  • Des intercalaires en plastique ou carton très rigide
  • Une bandoulière en cuir d’un vieux sac à main pour le transporter.
  • Des bandes de scratch que vous coller de haut en bas du classeur et des intercalaires avec un petit écart entre les bandes.

 

Comment je procède ? 

J’ai une trame avec le CD, je choisis des pictos dans la banque de donnée que j’insère dans la trame (c’est un tableau Word vierge). J’inscris en dessous la signification. J’imprime la page dès qu’elle est remplie et ensuite je plastifie. Je découpe et je met un scratch (à prévoir en rouleau) au dos pour le ranger dans le cahier de communication.

Petite astuce (imprimer 2 ou 3 fois la page) car les pictos vous pouvez les utiliser plusieurs fois dans différentes situations.

Libre à l’imagination en s’adaptant à son enfant.

L’investissement est onéreux mais très utile pour aider l’enfant à développer le langage et la communication sur toute ses formes.